Accueil La parole peut-elle être une arme? (textes rédigés par les élèves de 1ère G3)

La parole peut-elle être une arme? (textes rédigés par les élèves de 1ère G3)

11 min lues
0
4
6,447

La parole en tant qu’arme sociale

Tout d’abord, la parole est le moyen le plus essentiel pour chaque individu de pouvoir communiquer avec les autres et il est l’élément de base qui fonde les relations humaines. Apparaît alors un handicap social dans le cas de l’illettrisme et de l’analphabétisme. En effet, l’incapacité à maîtriser le langage prive l’accès à la connaissance et rend plus difficile l’intégration dans la société. Cette perte de crédibilité, aux entretiens d’embauche par exemple, engendre une exclusion sociale chez ces individus et une diminution de leur chance d’ascension sociale.

On peut tout d’abord dire que, dans notre société, certaines personnes progressent socialement et réussissent professionnellement grâce à leur maîtrise de la langue. L’usage que l’on fait du langage est en effet un marqueur social. Ce facteur est donc discriminant car le capital culturel acquis tout au long de la socialisation n’est pas le même pour tous. Chaque personne hérite d’instruments de connaissances et de moyens de s’exprimer qui sont transmis plus ou moins inconsciemment par la famille et qui contribuent à la réussite scolaire. Nous disposons donc d’un capital culturel différent selon l’éducation reçue et selon la classe sociale à laquelle on appartient. Le seul moyen d’équilibrer ces inégalités est de donner à tous un accès à l’éducation. L’éducation à la parole permet donc de résorber cette fracture qui provient du déficit et du manque de maîtrise du langage. En revanche, d’après Pierre Bourdieu, sociologue français, l’école ne permet pas l’effacement de ces inégalités, mais contribue à la différenciation de ces catégories sociales. L’école possède des attentes, concernant l’attitude ou la curiosité et l’intérêt pour la culture, qui sont satisfaites surtout par des enfants ayant reçu une éducation plutôt favorisée . Le langage est donc un marqueur déterminant en terme de réussite scolaire et de différenciation sociale.

D’autre part, nous constatons des problèmes de communication dans notre société. L’indifférence, la méconnaissance de la maîtrise de la langue ou encore l’absence d’écoute peuvent en être à l’origine. En effet, les gens ne s’écoutent pas car, dans une société où l’individualisme prime sur l’intérêt collectif, certains individus en capacité de s’exprimer sont prêts à écraser les autres pour diffuser et mettre en valeur leur parole quitte à priver certains de toute forme d’expression. De plus, la peur de ne pas être écouté, la crainte d’être mis en concurrence ou encore le manque de maîtrise de certains sujets, freinent l’expression et le dialogue.

Ainsi, on peut en déduire que la parole est bien une sorte d’arme sociale qui autorise l’ascension sociale. Son manque de maîtrise peut inversement se révéler être un handicap engendrant inégalités et discriminations.

La parole peut-elle être une arme politique ?

Puisque la parole est très utilisée en politique, nous pouvons nous demander si elle peut être exploitée comme une arme dans ce domaine. Pour répondre à cette question, nous verrons dans une première partie en quoi la parole est utilisée à des fins positives et dans une autre, en quoi la parole est usée à des fins négatives comme moyen d’exercer sur les autres une certaine domination.

Tout d’abord, la parole peut être employée de manière bénéfique. En effet, nous pouvons remarquer que la diplomatie permet d’être exploitée de manière méliorative, afin de rendre ce monde plus paisible. Nous pouvons prendre l’exemple, des relations entre les gouvernements politiquement opposés de la Corée du Nord et de la Corée du Sud qui se sont rencontrés en 2018. Cette parole ouverte aux autres peut aussi être utilisée en démocratie puisque différents partis et candidats défendent leurs idées et leurs manières de penser pour être élus. Ainsi, par la démocratie, la société a accès à la liberté d’expression lors de débats d’idées et d’échanges de paroles. Ces derniers sont par ailleurs très présents sur différentes chaînes télévisées tel que BFMTV. La liberté d’expression se manifeste également dans la presse où nous pouvons d’ailleurs retrouver des idées exprimées par les lecteurs. La parole politique peut aussi exprimer certaines opinions par le moyen de pétitions ou de manifestation comme en 2019 avec les marches pour le climat inspirées par Greta Thunberg.

D’autre part, la parole peut être exploitée à des fins négatives, voire destructrices. En effet, toutes les dictatures se mettent en place et durent dans le temps grâce à la parole, notamment par des moyens comme la propagande. Par exemple, la publication de « Mein Kampf » permit à Hitler de gagner en notoriété et ainsi d’accéder au pouvoir. Récemment, on a vu apparaître le phénomène des « fakes news », abondamment utilisées par certains dirigeants politiques, souvent extrémistes, leur permettant de diffuser de fausses croyances politiques. De ce fait, la nouvelle agence de presse « V4 Agency », fondée par Victor Orban, permet au chef d’Etat hongrois de partager des idées et des thèmes chers à l’extrême droite européenne. De plus, la parole peut être utiliséepour diffamer (le dernier film de Clint Eastwood, « Le cas Richard Jewell », par exemple évoque ce sujet).

Enfin, pour conclure, nous dirions que la parole peut être une arme politique positive et négative selon le point de vue. Elle est bénéfique pour défendre des droits et ses idées mais elle peut aussi être employée de manière mensongère. Il faut donc savoir l’utiliser à bon escient et y faire attention.

Inès J., Laura, Maëlys, Célia, Paul, Naïs, Tiha et Lisa

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par chevet
Charger d'autres écrits dans 

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Plan du cours sur la liberte (seconde partie)

DEUXIEME PARTIE : LE PROBLEME POLITIQUE DE LA LIBERTE (Etat et liberté).   Introduction : …