cinéma et vérité (Edgard Morin)

Posté par chevet le 6 décembre 2008

 

« Il y a deux façons de concevoir le cinéma du réel. La première est de prétendre donner à voir le réel. La seconde est de se poser le problème du réel. De même il y avait deux façons de concevoir le cinéma-vérité. La première était de prétendre apporter la vérité. La seconde était de se poser le problème de la vérité.

Or nous devons le savoir, le cinéma de fiction est dans son principe beaucoup moins illusoire, et beaucoup moins menteur que le cinéma dit documentaire, parce que l’auteur et le spectateur savent qu’il est fiction, c’est-à-dire qu’il porte sa vérité dans son imaginaire. Par contre, le cinéma documentaire camoufle sa fiction et son imaginaire derrière l’image reflet du réel.

Or, nous devons le savoir de plus en plus profondément, la réalité sociale se cache et se met en scène d’elle-même, devant le regard d’autrui et surtout devant la caméra. La réalité sociale s’exprime à travers des rôles. Et en politique, l’imaginaire est plus réel que le réel.

C’est pourquoi, c’est sous le couvert du cinéma du réel qu’on nous a présenté, proposé, voire imposé les plus incroyables illusions, c’est que, dans les contrées merveilleuses dont on ramenait l’image exaltante, la réalité sociale était mise en scène et occultée par le système politique régnant et transfigurée dans les yeux hallucinés du cinéaste.

C’est-à-dire que le cinéma qui se pose les plus graves et les plus difficiles problèmes par rapport à l’illusion, l’irréalité, la fiction, est bien le cinéma du réel, dont la mission est d’affronter le plus difficile problème posé par la philosophie depuis deux millénaires, celui de la nature du réel. »

 

Edgar Morin (1980)

 

Laisser un commentaire

 

Le site de la ville chauvin |
Le p'tit coin des Cheveux G... |
De l'opinion à la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boumboumjames1
| CHIHUAHUA-PASSION
| PEPITO mon dragon d'eau