Plan du cours sur l’histoire et textes.

Posté par chevet le 16 septembre 2008

L’HISTOIRE

Introduction : une notion à double sens (historie-geschichte)

- Approche épistémologique : l’histoire comme science du passé humain (le récit de ce qui est arrivé). Naissance de l’histoire dans l’antiquité ; les sociétés  » sans histoire « . La question de l’objectivité historique.

-Approche philosophique : l’histoire comme réalité du devenir de l’humanité (histoire universelle) . La question du sens de l’histoire considérée dans sa globalité.

I LA SCIENCE HISTORIQUE ET SES PROBLEMES (Epistémologie de l’histoire).

  1. Utilité et valeur de la connaissance du passé (Pourquoi s’intéresser au passé ?).

1) L’histoire : remède ou poison ? ( » Tout combat pour la liberté est un combat contre l’oubli  » Kundera).

- L’histoire comme condition de la connaissance du présent (témoignage et histoire, journalisme et histoire, le problème de la nouveauté en histoire, continuité ou discontinuité).

- Les leçons de l’histoire : approche critique de cette thèse avec le texte de Hegel extrait de La Raison dans l’histoire.

- La mémoire comme identité collective : l’histoire comme lien social.

-Le devoir de mémoire : rendre justice aux victimes du passé.

2) Les abus de la mémoire et le droit à l’oubli (Texte deTodorov et de Nietzsche : étude d’un extrait de La Seconde Considération intempestive).

3) La science historique comme remède aux pathologies de la mémoire.

l’opposition de la mémoire et de l’histoire.

bilan : Un devoir d’histoire plutôt qu’un devoir de mémoire.

2) Le problème de la vérité en histoire.

1) Qu’est-ce qu’un fait historique ?

- Opposition fait naturel – fait historique (texte de Cournot).

- Qu’est-ce qu’un évènement ?

2) Le problème de l’objectivité en histoire.

- la subjectivité de l’historien, obstacle ou condition de la science historique ?

(Texte de P. Ricoeur extrait de Histoire et vérité (explication).

II LA PHILOSOPHIE DU DEVENIR DE L’HUMANITE (la question du sens de l’histoire).

Intro: Que faut-il entendre par philosophie de l’histoire?

A) La pensée an-historique ou l’histoire sans sens.

1) – Les conceptions cycliques de l’histoire: l’idée antique de répétition.

2) – Les pensées de la contingence: l’histoire, fruit du hasard et de l’imprévu (Texte d’Harendt).

B) La rationalité du processus historique.

1) – L’idéologie du progrès au siècle des Lumières : Condorcet. (Texte d’Alain).

2) – L’histoire comme réalisation téléologique d’un dessein (Texte de Hegel).

3) –Le matérialisme historique de Marx. (texte de Engels) .

C) La critique des philosophies de l’histoire. (Texte de Merleau-Ponty).

Conclusion: Histoire et liberté.

*************

Texte 1:  » C’est le moment d’évoquer les réflexions morales qu’on introduit dans l’histoire : de la connaissance de celle-ci, on croit pouvoir tirer un enseignement moral et c’est souvent en vue d’un tel bénéfice que le travail historique a été entrepris. S’il est vrai que les bons exemples élèvent l’âme, en particulier celle de la jeunesse, et devraient être utilisés pour l’éducation morale des enfants, les destinées des peuples et des Etats, leurs intérêts, leurs conditions et leurs complications constituent cependant un tout autre domaine que celui de la morale (…).

On dit aux gouvernants, aux hommes d’état, aux peuples de s’instruire principalement par l’expérience de l’histoire. Mais ce qu’enseignent l’expérience et l’histoire c’est que peuples et les gouvernements n’ont jamais rien appris de l’histoire, et n’ont jamais agi suivant des maximes qu’on en aurait pu retirer. Chaque époque se trouve dans des conditions si particulières, constitue une situation si individuelle que dans cette situation on doit et l’on ne peut décider que par elle. Dans ce tumulte des événements du monde, une maxime générale ne sert pas plus que le souvenir de situations analogues, car une chose comme un pâle souvenir est sans force en face de la vie et de la liberté du présent. (L’élément qui façonne l’histoire est d’une toute autre nature que les réflexions tirées de l’histoire. Nul cas ne ressemble exactement à un autre. Leur ressemblance fortuite n’autorise pas à croire que ce qui a été bien dans un cas pourrait l’être également dans un autre. Chaque peuple a sa propre situation, et pour savoir ce qui à chaque fois est juste, nul besoin de s’adresser à l’histoire). A ce point de vue, rien n’est plus fade que de s’en référer souvent aux exemples grecs et romains, comme c’est arrivé si fréquemment chez les Français à l’époque de la Révolution. Rien de plus différent que la nature de ces peuples et le caractère de notre époque (…). Seule l’intuition approfondie, libre, compréhensive des situations et le sens profond de l’idée (comme, par exemple, dans L’Esprit des lois de Montesquieu) peuvent donner aux réflexions de la vérité et de l’intérêt.

Hegel. La Raison dans l’histoire. 1821.

Texte 2:  » Il ne se passe pas de mois sans que l’on commémore quelque événement remarquable, au point qu’on se demande s’il reste suffisamment de journées disponibles pour que s’y produisent de nouveaux événements…. à commémorer au 21ème siècle. [...] La France se distingue par sa  » maniaquerie commémorative « , sa  » frénésie de liturgies historiques « . Les récents procès pour crimes contre l’humanité, comme les révélations sur le passé de certains hommes d’Etat incitent à proférer des appels à la  » vigilance  » et au  » devoir de mémoire  » ; on nous dit que celle-ci a des droits imprescriptibles  » et qu’on doit se constituer en  » militant de la mémoire « . Cette préoccupation compulsive du passé peut être interprétée comme le signe de santé d’un pays pacifique où il ne se passe , heureusement, rien. [...] ou comme la nostalgie pour une époque révolue où notre pays était une puissance mondiale ; mais [...] ces appels à la mémoire n’ont en eux-mêmes aucune légitimité tant qu’on ne précise pas à quelle fin on compte les utiliser, nous pouvons aussi nous interroger sur les motivations spécifiques de ces militants. Commémorer les victimes du passé est gratifiant, s’occuper de celles d’aujourd’hui dérange ;  » faute d’avoir une action réelle contre le  » fascisme  » d’aujourd’hui, qu’il soit réel ou fantasmé, on porte l’attaque, résolument sur le fascisme d’hier « . [...] Si personne ne veut être une victime, tous en revanche veulent l’avoir été, sans plus l’être; ils aspirent au statut de victime.

Tzvetan Todorov, Les abus de la mémoire, 1995.

Texte 3: « Dans le plus petit comme dans le plus grand bonheur, il y a quelque chose qui fait que le bonheur est un bonheur: la possibilité d’oublier, ou pour le dire en termes plus savants, la faculté de sentir les choses, aussi longtemps que dure le bonheur, en dehors de toute perspective historique. L’homme qui est incapable de s’asseoir au seuil de l’instant en oubliant tous les événements du passé, celui qui ne peut pas, sans vertige et sans peur, se dresser un instant tout debout, comme une victoire, ne saura jamais ce qu’est un bonheur et, ce qui est pire, il ne fera jamais rien pour donner du bonheur aux autres. Imaginez l’exemple extrême: un homme qui serait incapable de ne rien oublier et qui serait condamné à ne voir partout qu’un devenir; celui-là ne croirait pas à sa propre existence, il ne croirait plus en soi, il verrait tout se dissoudre en une infinité de points mouvants et finirait par se perdre dans ce torrent du devenir. Finalement, en vrai disciple d’Héraclite, il n’oserait même plus bouger un doigt. Tout action exige l’oubli, comme la vie des êtres organiques exige non seulement la lumière mais aussi l’obscurité. Un homme qui ne voudrait sentir les choses qu’historiquement serait pareil à celui qu’on forcerait à s’abstenir de sommeil ou à l’animal qui ne devrait vivre que de ruminer et de ruminer sans fin. Donc, il est possible de vivre presque sans souvenir et de vivre heureux, comme le démontre l’animal, mais il est encore impossible de vivre sans oubli. Ou plus simplement encore, il y a un degré d’insomnie, de rumination, de sens, historique qui nuit au vivant et qui finit par le détruire, qu’il s’agisse d’un homme, d’une peuple ou d’une civilisation « .

Nietzsche Considérations inactuelles. 1874

Texte 4: « La description d’un phénomène dont toutes les phases se succèdent et s’enchaînent nécessairement, selon des lois que font connaître le raisonnement ou l’expérience, est du domaine de la science et non de l’histoire. La science décrit la succession des éclipses, la propagation d’une onde sonore, le cours d’une maladie qui passe par des phases régulières; tandis que l’histoire intervient nécessairement là où nous voyons, non seulement que la théorie, dans son état d’imperfection actuelle, ne suffit pas pour expliquer les phénomènes, mais que même la théorie la plus parfaite exigerait encore le concours d’une donnée historique.

S’il n’y a pas d’histoire proprement dite, là où tous les événements dérivent nécessairement les uns des autres en vertu de lois constantes par lesquelles le système est régi, il n’y a pas non plus d’histoire, dans le vrai sens du terme, pour une suite d’événements qui seraient sans aucune liaison entre eux. Ainsi les registres d’une loterie publique pourraient offrir une succession de coups singuliers quelquefois piquants pour la curiosité, mais ne constitueraient pas une histoire: car les coups se succèdent sans s’enchaîner, sans que les premiers exercent aucune influence sur ceux qui suivent, bien qu’ils se succèdent selon une certaine chronologie.

Au contraire, à un jeu comme celui du tric-trac (), où chaque coup de dé, amené par des circonstances fortuites, influe néanmoins sur les résultats des coups suivants; et à plus forte raison au jeu d’échecs, où la détermination réfléchie du joueur se substitue aux hasards du dé, de manière pourtant à ce que les idées du joueur en se croisant avec celle de l’adversaire, donnent lieu à une multitudes de rencontres accidentelles, on voit apparaître alors une ressemblance avec les conditions d’un enchaînement historique ».

Cournot, Essai sur les fondements de la connaissance et sur les caractères de la critique philosophique (1852).

texte 5: « L’historien va aux hommes du passé avec son expérience humaine propre. Le moment où la subjectivité de l’historien prend un relief saisissant, c’est celui où par-delà toute chronologie critique, l’historien fait surgir les valeurs de vie des hommes d’autrefois. Cette évocation des hommes qui nous soit accessible, faute de pouvoir revivre ce qu’ils ont vécu, n’est pas possible sans que l’historien soit véritablement « intéressé » à ces valeurs et n’ait avec elles une affinité en profondeur; non que l’historien doive partager la foi de ses héros, il ferait alors rarement de l’histoire mais de l’apologétique (1) voire de l’hagiographie (2); mais il doit être capable d’admettre par hypothèse leur foi, ce qui est une manière d’entrer dans la problématique de cette foi en la « suspendant« ,tout en la « neutralisant » comme foi actuellement professée. Cette adoption suspendue, neutralisée de la croyance des hommes d’autrefois est la sympathie propre à l’historien. (…) L’histoire est donc une des manières dont les hommes « répètent » leur appartenance à la même humanité; elle est un secteur de la communication des consciences, un secteur scindé par l’étape méthodologique de la trace et du document, dont un secteur distinct du dialogue où l’autre « répond« , mais non un secteur entièrement scindé de l’intersubjectivité totale, laquelle reste toujours ouverte et en débat. (…) La sujectivité mise en jeu n’est pas une subjectivité « quelconque« , mais précisément la subjectivité « de » l’historien: le jugement d’importance, -le complexe des schèmes de causalité, -le transfert dans un autre présent imaginé,-la sympathie pour d’autres hommes, pour d’autres valeurs, et finalement cette capacité de rencontrer un autrui de jadis,- tout cela confère à la subjectivité de l’historien une plus grande richesse d’harmoniques que n’en comporte par exemple la subjectivité du physicien ». Paul Ricoeur. Histoire et vérité. (1955).3

texte 6:  » La route en lacets qui monte. Belle image du progrès. Mais pourtant elle ne me semble pas bonne. Ce que je vois de faux, dans cette image, c’est cette route tracée d’avance et qui monte toujours; cela veut dire que l’empire des sots et des violents nous pousse encore vers une plus grande perfection, quelles que soient les apparences; et qu’en bref 1 ‘humanité marche à son destin par tous moyens, et souvent fouettée et humiliée, mais avançant toujours. Le bon et le méchant, le sage et le fou poussent dans le même sens, qu’ils le veuillent ou non, qu’ils le sachent ou non. Je reconnais ici le grand jeu des dieux supérieurs, qui font que tout serve leurs desseins. Mais grand merci. Je n’aimerais point cette mécanique, si j’y croyais. Tolstoï aime aussi à se connaître lui-même comme un faible atome en de grands tourbillons. Et Pangloss, avant ceux-là, louait la Providence, de ce qu’elle fait sortir un petit bien de tant de maux. Pour moi, je ne puis croire à un progrès fatal; je ne m’y fierais point. »

Alain, (texte donné au bac).

texte 7:  » Les actions humaines, si elles ne sont pas conservées dans le souvenir, sont les choses les plus fugaces et les plus périssables sur terre ; elles ne durent guère plus longtemps que l’activité elle-même et certainement par elles-mêmes ne peuvent jamais prétendre à cette permanence que possèdent jusqu’aux objets d’usage ordinaire quand ils survivent à leur fabricateur, pour ne pas parler des oeuvres d’art, qui nous parlent par-delà les siècles. L’action humaine, projetée dans un tissu de relations où se trouvent poursuivies des fins multiples et opposées, n’accomplit presque jamais son intention originelle ; aucun acte ne peut jamais être reconnu par son auteur comme le sien avec la même certitude heureuse qu’une oeuvre de n’importe quelle espèce par son auteur. Quiconque commence à agir doit savoir qu’il a déclenché quelque chose dont il ne peut jamais prédire la fin, ne serait-ce que parce que son action a déjà changé quelque chose et l’a rendue encore plus imprévisible. C’est cela que Kant avait en tête lorsqu’il parlait de  » la contingence désolante  » qui est si frappant dans le cours de l’histoire politique.  » L’action : on ne connaît pas son origine, on ne connaît pas ses conséquences : par conséquent, est-ce que l’action possède aucune valeur ? « . Les vieux philosophes n’avait-ils pas raison et n’était-ce pas folie d’espérer voir surgir aucun sens du domaine des affaires humaines ? Pendant longtemps, il a semblé que ces imperfections et embarras à l’intérieur de la vita activa pouvaient être résolus en ignorant les particularités de l’action et en insistant sur le sens du processus de l’histoire en son entier, qui semblait donner à la sphère politique de cette dignité et rédemption finale de la  » contingence désolante  » si évidemment requises « .

Hannah Arendt, La crise de la Culture, 1968.

texte 8: « L’histoire universelle est la manifestation du processus divin, de la marche graduelle par laquelle l’Esprit connaît et réalise sa vérité. Tout ce qui est historique est une étape de cette connaissance de soi. Le devoir suprême, l’essence de l’Esprit est de se connaître soi-même et de se réaliser. C’est ce qu’il accomplit dans l’histoire : il se produit sous certaines formes déterminées, et ces formes sont les peuples historiques. Chacun de ces peuples exprime une étape, désigne une époque de l’histoire universelle. Plus profondément : ces peuples incarnent les principes que l’Esprit a trouvés en lui et qu’il a dû réaliser dans le monde. Il existe donc entre eux une connexion nécessaire qui n’exprime rien d’autre que la nature même de l’Esprit. L’histoire universelle est la manifestation du processus divin absolu de l’Esprit dans ses plus hautes figures : la marche graduelle par laquelle il parvient à sa vérité et prend conscience de soi. Les peuples historiques, les caractères déterminés de leur éthique collective, de leur constitution, de leur art, de leur religion, de leur science, constituent les configurations de cette marche graduelle. Franchir ces degrés, c’est le désir infini et la poussée irrésistible de l’Esprit du Monde, car leur articulation aussi bien que leur réalisation est son concept même. Les principes des Esprits populaires, dans la série nécessaire de leur succession, ne sont eux-mêmes que les moments de l’unique Esprit universel : grâce à eux, il s’élève dans l’histoire à une totalité transparente à elle-même et apporte la conclusion. ».

Hegel, La Raison dans l’Histoire, trad. K. Papaioannou, U.G.E. coll. 10 / 18, 1965, pp. 97-98.

texte 9:  » Les hommes font leur histoire eux-mêmes, mais jusqu’ici ils ne se conforment pas à une volonté collective, selon un plan d’ensemble, et cela même pas dans le cadre d’une société déterminée, organisée, donnée. Leurs efforts se contrecarrent, et c’est précisément la raison pour laquelle règne, dans toutes les sociétés de ce genre, la nécessité complétée par le hasard. La nécessité qui s’y impose par le hasard est à son tour, en fin de compte, la nécessité économique. Ici nous abordons la question de ce qu’on appelle  » les grands hommes « . Naturellement, c’est un pur hasard que tel grand homme surgisse à te moment déterminé dans te pays donné. Mais si nous le supprimons, on voit surgir l’exigence de son remplacement et ce remplaçant se retrouvera tant bien que mal, mais il se trouvera toujours à la longue. Ce fut un hasard que Napoléon, ce Corse, fût précisément le dictateur militaire dont avait absolument besoin la République française, épuisée par sa propre guerre ; mais la preuve est faite que, faute d’un Napoléon, un autre aurait comblé la lacune, car l’homme s’est trouvé chaque fois qu’il a été nécessaire : César, Auguste, Cromwell, ect. Si Marx a découvert la conception historique de l’histoire, Thierry, Mignet, Guizot, tous les historiens anglais jusqu’en 1850 prouvent qu’on s’ efforçait, et la découverte de la même conception par Morgan est la preuve que le temps était mûr pour elle et qu’elle devait nécessairement être découverte.

Il en est ainsi de tout autre hasard et de tout autre soi-disant hasard dans l’histoire. Plus le domaine que nous étudions s’éloigne de l’économique et se rapproche de la pure idéologie abstraite, plus nous constaterons que son développement présente de hasard, et plus sa courbe se déroule en zigzags. Mais si vous tracez l’axe moyen de la courbe, vous trouverez que plus la période considérée est longue et le domaine étudié est grand, plus cet axe se rapproche de l’axe du développement économique et plus il tend à lui être parallèle.

Engels, Lettre à Starkenburg (1894).

Texte 10: « Le tort des philosophies de l’histoire est de prétendre connaître le facteur essentiel de l’évolution des sociétés et d’en déduire une certaine vision du futur. Mais à l’inverse, faut-il admettre un scepticisme radical et dire que tout peut arriver n’importe quand, que rien n’a de sens en histoire? Si nous voulons respecter vraiment les faits et être pleinement réalistes, il nous faut certes rejeter tous les postulats, toute philosophie a priori de l’histoire, et en particulier ce principe selon lequel les hommes se conduisent toujours sottement, dominés par le passé et par des causes qui leurs sont extérieures, ou menés par quelques forces, vers des fins ignorées d’eux. Il n’y aurait pas d’histoire si tout avait un sens et si le développement du monde n’était que la réalisation visible d’un plan rationnel; mais il n’y aurait pas davantage d’histoire, -ni d’action, ni d’humanité,- si tout était absurde, ou si le cours des choses était dominé par quelques faits massifs et immuables, comme l’Empire Anglais, la psychologie du « chef » ou de la « foule », qui ne sont que des produits du passé et n’engagent pas nécessairement notre avenir « .

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Le site de la ville chauvin |
Le p'tit coin des Cheveux G... |
De l'opinion à la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boumboumjames1
| CHIHUAHUA-PASSION
| PEPITO mon dragon d'eau